accueil

Accueil
Les gîtes
Les chambres
Le jardin
Les prestations
Contact/réservation
Venir à Domremy

A faire / à voir:

Sur les pas de Jeanne
Domremy
Art et histoire
Bouger... ou pas!
...et pour les enfants?

En savoir plus...

______________

english deutsch italiano espanol

______________

Le blog ....blog


Partager

partenaires

màj : 21-fév-16

Sur les pas de Jeanne d'Arc


L'enfance et l'adolescence

Jeanne, selon la tradition, est née à Domremy le 6 janvier 1412 au sein d'une famille aisée. On peut voir sur place, bien sûr, sa maison avec la chambre natale. Son père, Jacques d'Arc, était champenois. Sa mère, Isabelle Romée, venait de Vouthon [6 km], petit village proche de Domremy où un monument lui est consacré.

Jeanne fut baptisée dans l'église Saint-Remi, voisine de sa maison, et l'on peut encore y admirer la cuve baptismale (XIIè siècle) sur laquelle Jeanne fut penchée.

Jeanne, très pieuse, allait également prier à Maxey [2,7 km] et à Notre Dame de Bermont [2 km] où l'on aurait retrouvé son portrait sous forme de fresque murale.

En ces temps fort troublés (nous sommes dans une guerre qui n'en finit pas, dite "guerre de cent ans"...), le village fut pillé au cours de l'été 1422, ce qui obligea les habitants à se réfugier à Neufchâteau [11 km] pendant quelques jours.

Dès 1425, dans le jardin de son père, Jeanne "entend des voix" accompagnées d'apparitions: Saint Michel, Sainte Catherine et Sainte Marguerite. Ces voix guideront Jeanne vers le destin que l'on connait: la lutte contre l'occupant anglais et le sacre de Charles VII à Reims.


De Domremy vers son destin

Robert de Baudricourt est le capitaine de la place de Vaucouleurs, dont dépend Domremy. Ces terres sont une enclave "Armagnac" au milieu des terres des Bourguignons, ralliés aux anglais. Les voix exhortent Jeanne à solliciter Baudricourt à Vaucouleurs [20 km] pour qu'il lui donne une escorte armée avec laquelle elle ira trouver le dauphin, à Chinon. Elle ira donc rencontrer le capitaine, en janvier 1429. Baudricourt cèdera, après plusieurs assauts de Jeanne, aux volontés de la jeune fille.

Accompagnée d'une poignée d'hommes d'armes, Jeanne quitte sa vie tranquille et ses habits de paysanne...


L'autre histoire...

La vie de Jeanne est un mystère... et sa mort aussi, pour certains. Ainsi, des historiens pensent qu'elle a échappé aux flammes, eu égard au sang royal qui aurait coulé dans ses veines. En effet, selon ces auteurs, elle était une demi-soeur de Charles VII que l'on a éloignée de la cour à sa naissance, et portée à Domremy en nourrice.

Après ses faits de guerre, Jeanne serait revenue "au pays", se faisant reconnaître de ses frères, et aurait épousé le Seigneur des Armoises. Ainsi, le portrait de Jeanne des Armoises retrouvé au château de Jaulny [85 km] pourrait être celui de Jeanne d'Arc. Et même si cette thèse vous laisse perplexe, la visite du château (XIè et XIIè s., classé monument historique) et la gentillesse des propriétaires valent bien le déplacement. Le château reste un rare témoignage de l'époque féodale en Lorraine.

A sa mort, Jeanne aurait été enterrée dans l'église de Pulligny [47 km]. Là, sous le dallage, on peut voir une tombe dont on a manifestement voulu masquer l'origine, en détruisant les inscriptions gravées qui l'entouraient.

Amateurs d'énigmes, à vos loupes!

Dans tous les cas, si l'histoire de Jeanne vous passionne, Robert mettra volontiers à votre disposition ses connaissances et sa vaste bibliographie consacrée au sujet.